Relations Civils-Militaires 14-18

La Guerre dans le ressort de l’Académie de Lille. 1914-1920. Vous trouverez, à la suite, le questionnaire posé en 1920 aux élèves et enseignants de l’académie de Lille (Nord), sur l’occupation allemande et alliée et les relations soldats – population.

Vermelles, jeune fille et soldats britanniques dans les ruines.

Une jeune française vendant something? aux soldats britanniques dans les ruines de Vermelles en juin 1917.   © IWM Q 5533.

J’attendais ces documents en ligne de la BDIC depuis un moment, pour mieux appréhender l’histoire contemporaine de la terre de mes ancêtres. Rapidement, je me suis passionnée pour la transcription du récit de ces instituteurs, élèves, et d’autres témoignages de la grande guerre, récits comparés à ceux des communes voisines. Certains récits sont succincts, d’autres plus complets avec lieux et patronymes. Intérêt à la fois pour l’historien et le généalogiste et tout curieux de l’histoire de la France occupée et des souvenirs de guerre.

  • De quoi parle-je ? d’un fonds donné en 1924 à la  BDIC (Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine) « La Guerre dans le ressort de l’Académie de Lille. 1914-1920″.

Il s’agit d’une enquête promue dans l’académie de Lille, qui s’étendait à cette époque sur le territoire de cinq départements (Aisne, Ardennes, Nord, Pas-de-Calais, Somme). Cette enquête devait servir à organiser une expo. sur les lieux de l’Exposition Internationale de Lille, ainsi qu’à alimenter les collections de la Bibliothèque de la guerre. Ce fonds est entré à la Bibliothèque au mois d’avril 1924,  le donateur était « M. le Recteur de l’Académie de Lille ».

Quel était le questionnaire?

A- Territoire occupé par les armées allemandes I- Généralités

a)- A quelle date les Allemands ont-ils pris possession de votre village ?

b)- La prise de possession s’est-elle effectuée à la suite d’escarmouches, à la suite de combats sanglants, ou sans coup férir ?

c)- Quelle a été l’attitude de l’autorité militaire à l’égard de la population pendant les premiers jours? dans la suite de l’occupation ?

d)- Pouvez-vous rapporter quelques propos authentiques tenus par des officiers ou des soldats, et qui soient caractéristiques de leur état d’esprit ou de l’opinion publique en Allemagne à cette époque?

e)- Pouvez-vous citer quelques ordres ou prescriptions émanant de l’autorité ennemie où se manifestait plus spécialement son système de « guerre aux civils » ?

f)- Si possible, prière de joindre quelque spécimens d’affiches apposées par les soins ou sur l’ordre de l’ennemi, ou quelque document authentique digne d’intérêt, (ces documents seront exposés et renvoyés par la suite à leurs possesseurs, s’ils les réclament).

landrecies

Soldats allemands ayant enlevé les cloches d’une église (59) (collection Henri Botteau)

 

II- Des rapports de l’Autorité ennemie avec la population scolaire

a)- Les établissements d’instruction (écoles, etc.) ont-ils été ouverts pendant toute la durée de l’occupation ? ou momentanément fermés, ou ont-ils été fermés pendant toute la guerre ?

b)- Quelles ont été les prescriptions particulières édictées par les Allemands à l’égard des établissements d’instruction ? (Prière de joindre, si possible, des documents à l’appui)

c)- Le commandant de place s’est-il immiscé dans les services d’enseignement ?

d)- des officiers délégués ou inspecteurs allemands ont-ils émis la prétention de contrôler l’enseignement ? Ont-ils pénétré dans l’école ? Ont-ils interrogé les élèves ? Pouvez-vous citer, à cette occasion, des réponses d’élèves méritant d’être mentionnées ?

e)- Les élèves des établissements (écoles, etc.) ont-ils été contraints à quelques travaux manuels ? Quelle a été l’attitude des élèves dans ces circonstances ? Particularité, réponses, réflexions dignes de remarque.

f)- Quelle a été, en général, l’attitude des soldats à l’égard des enfants ? L’attitude des enfants à l’égard des troupes ?

g)- Le séjour des troupes allemandes a-t-il influé en quelque mesure sur le parler local ? Quelques mots allemands, plus ou moins déformés, y ont-ils pénétré, et paraissent-ils devoir persister ? (Donner une liste de ces mots, et leur sens.)

Soldats allemands et enfants français 1GM

Soldats allemands partageant la nourriture © IWM (Q 88117) , lieu non déterminé.

 

B- Territoire occupé par les Armées françaises et alliées

Généralités et rapports des troupes avec la population scolaire

a)- Quelles sont les troupes (alliées) qui ont occupé votre village ?

b)- S’est-on battu dans votre région ? à quelle date ?

c)- Voyez-vous quelques particularités à noter touchant l’attitude des soldats alliés à l’égard des enfants ? Des enfants à l’égard des troupes ?

d)- Le séjour des troupes alliées (ou indigènes), notamment des noirs, des Hindous, etc., a-t-il influé sur le parler local ? Quelques mots étrangers (anglais, hindous, etc.), plus ou moins déformés, y ont-ils pénétré, et paraissent-ils devoir persister ? Donner une liste de ces mots et de leur sens.

Enfants à Caëstre (59) Mai 1915

Convoi de ravitaillement britannique. Enfants du village nettoyant un side-car, Caëstre (Flandre, Nord). Source BDIC.

Toutes les communes n’ont pas répondu au questionnaire, de même les enseignants ne répondaient pas à toutes les questions. Les communes en zone occupée ont davantage participé, un trésor pour l’histoire de la terre de mes ancêtres, qui a souffert cette période. On trouve, dans ces nombreux dossiers de la BDIC, des lettres de soldats, des souvenirs de guerre d’élèves, des témoignages divers, des réponses d’instituteurs au questionnaire plus haut, des travaux d’élèves, auxquels sont parfois joints des documents personnels, des affiches allemandes, etc. Un réel intérêt pour ces dossiers qui n’étaient pas encore mis à la disposition de tous! Merci à la BDIC!

Source questionnaire : Aldo BATTAGLIA  2002, ( BDIC  Académie de Lille – La Contemporaine ).

 

Exemples concrets de transcription :

Récits à Laventie – Récit plus complet de cohabitation  à Lestrem – L’exode civil d’avril 1918 raconté à ce lien :  L’Exode des Flandres – Récits de Calonne-sur-la-Lys et Haverskerque – Sailly-sur-la-Lys – Comines –

Soldats indiens et Lycéens

Influence de l’occupation sur les Relations Soldats – Enfants

 

Bruay, 1916, britannique et enfants de la commune

Entente cordiale Enfants français et soldat britannique, non loin du front. © IWM (Q 640) A soldier of the 15th Battalion, London Regiment (Civil Service Rifles) with French children. Pas-de-Calais.

 

J’ai ajouté des touches personnelles à ces transcriptions, des photos de la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine, d’autres documents d’archives transcrits.

 

Tagged with: , ,
Publié dans Histoires du Nord 14-18

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories
Follow Mémoire d'histoires on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :